Les événements

31 jan 2021
Chroniques de La Muse #08

Bonjour et excellente année à vous tous chers amis, adhérents, fidèles, curieux, publics du cinéma La Muse !

Bien que la fermeture des cinémas soit maintenue encore un certain temps, l’amour pour les films, lui ne diminue pas, voire même explose. Le manque de la salle obscure nous rappelle à quel point le cinéma peut tout nous faire vivre. On se remémore quelques expériences de cinéma que nous avons vécues, et nous sommes émus. Alors pour faire briller encore un peu les merveilles de cet art fabuleux, pour louer ce pour quoi tant de passionnés vivent, nous vous avons concocté un petit mashup plein d’amour.

Un petit film qui donne envie de vivre, de voir des films, de danser, de faire la fête, de voir du monde et d’embrasser toutes les personnes que nous croisons. Nous sommes peut-être un peu vicieux de vous faire endurer ça, mais nous n’avons pas pu résister. Le cinéma nous offre de si beaux baisers, pourquoi s’en priver ?

Henri Langlois, le père de la Cinémathèque française écrivait "Le cinéma, cette force qui vous arrache à la banalité, ce songe que l'on fait tout éveillé, cette boîte à rêves, comme je l'appelle, qui est le plus puissant plaisir de l'imagination et du cœur". Nous en avons tant besoin ; allons voir des films ! 

Fanny Ardant témoignait à Télérama "Le cinéma, c'est la lumière dans le noir. Et sans lumière, on devient fou... Il nous indique un chemin, celui où il ne fallait pas aller, où il ferait bon d'aller, où il aurait été bon d’aller". Allons voir des films.

Et au tour de François Truffaut de nous dévoiler en quelques mots dans La Nuit Américaine son éloge pour le cinéma. “Les films sont plus harmonieux que la vie. Il n’y a pas d’embouteillage dans les films, il n’y a pas de temps mort". À l’évidence, allons voir des films !

Tant de témoignages qui nous renvoient à notre actualité dans laquelle le cinéma n’a plus d’espace, n’a plus de souffle. La création est ralentie, la diffusion est suspendue, les halls de cinéma sont éteints, le cinéma est bâillonné. Mais nous avons tous un grand espoir pour la suite, le cinéma ne meurt pas ; le cinéma c’est la magie, c’est le fantasme, c’est l’imaginaire et le fantasque, c’est tout ce que l’on veut y mettre. Le cinéma se relève et accrochez-vous bien, parce que de tout temps reflet de la société, lorsqu’il reviendra, ça va secouer !

Alors regardez, appréciez, et rendez-vous à la semaine prochaine :

https://vimeo.com/498737458

L'équipe de La Muse

Lire la suite
15 fév 2021
Chroniques de La Muse #07

En cette fin d'année nous aimerions sortir les cotillons et les guirlandes étincelantes mais nous nous devons de faire l'écho de la colère du milieu culturel et artistique auquel nous appartenons. Oui faire et défaire c'est toujours faire, mais le fil s'use, des liens intimes se rompent, la fiction devient réalité et la réalité...?
Une de nos missions est de vous proposer des films en salle, et pour cela nous ne travaillons pas seuls. C'est toute une chaîne de femmes et d'hommes qui œuvrent des premiers désirs de films lancés aux derniers mots échangés après la toile, et dont les génériques n'en sont que la partie visible. Combien de petites structures, de personnes aux compétences singulières et précieuses, indispensables à notre spécificité "à la française" sont en suspension. Ils ne sont qu'un battement d'ailes de papillon méconnus ou ignorés, en dehors des filets de l'Etat. Et pourtant leur chute va renverser la vapeur dont nous ramasserons tous demain la liquéfaction avec nos mains percées. Aujourd'hui demain c'est loin, mais le plus dur ce n'est pas la chute, c'est l'atterrissage.
Bientôt déjà un an de passé depuis les premiers cris des SOS. Et chaque lieu reste toujours tel un naufragé sur une île perdue."Encore un jour solitaire, sans personne ici à part moi" pourrait-il se dire. Plus de solitude qu'aucun être humain ne pourrait supporter. Alors on pense que peut-être un beau jour ou peut-être une nuit, près d'une salle cent milliards de bouteilles se retrouveront repoussées sur le rivage par la mer. Et qu'alors ces millions de naufragés ne seront plus les seuls à chercher une lumière car nous serons là pour les accueillir. Et que toutes les petites mains se mettront en branle pour activer la lanterne magique et illuminer nos yeux.
Si l’année 2020 marquera notre histoire, comme toute crise elle drainera son lot d'inventivité, d'initiatives et d’expérimentations artistiques et culturelles. Soyons attentifs et restons positifs en veillant à ne pas nous perdre les uns les autres au détour d'un rendez-vous manqué.
Un dernier petit film avant de vous inviter à quitter du regard vos écrans pour regarder le spectacle qui se joue devant vous. Maintenant entrez dans la danse et touchez vous les uns les autres avec des yeux qui enlacent.
Belles fêtes de fin d'année et rendez-vous en 2021.
 
Merci à tous ces artistes du cinéma, de la chanson, du spectacle dont les mots ont permis de tisser ces quelques lignes.
 
L'équipe de La Muse Eidos
 

LA MORT DU CINÉMA
Court métrage d'animation / 2019 / 5 minutes
Réalisé par Vincent Barrot
Créée par Vincent Barrot en 2011, la Cinémamecque est une salle de cinéma miniature, une histoire modelée du cinéma et une série de films d’animation en pâte à modeler réalisés en stop motion.
Dans la salle de la Cinémamecque, toutes les figures que l'on a plaisir à y reconnaître (Kubrick, Varda, Douchet, Godard…) discutent de l'avenir du cinéma. Cette réunion improbable permet d'en dire beaucoup sur l'un des débats de notre époque : entre chefs-d'œuvre passés ou grands projets futurs, quelle place peut encore se faire le cinéma au présent ? Pour conjurer la mort du cinéma, rien de tel que ce ciné-club d'anthologie !
https://dai.ly/x7ur9im

Lire la suite
15 fév 2021
Chroniques de La Muse #06

Bonjour à tous !
Les sapins se dressent dans nos salons, les guirlandes subliment la fantaisie de Noël, ça y est c'est bientôt. Tout ça c'est bien beau mais attention aux aléas. Venons-en aux faits. Les chats s'entraînent toute l'année à escalader les rideaux, les canapés, les commodes pour une seule raison : détruire nos merveilleuses décorations de Noël le moment venu. Malgré ce complot évident de la domination féline, on les aime ces petits amis trop mignons, câlins, amusants, apaisants. Alors pour tout ça on a envie de leur rendre un peu hommage avec cette chronique pour petits et grands.
 
CHAT DES NEIGES 
Court métrage d'animation / 2004 / 14 minutes
Réalisé par Sheldon Cohen
Ce film d'animation à la peinture aux doigts et à l'aquarelle réalisées directement sur l'image est une adaptation libre de la nouvelle de Dayal Kaur Khalsa. Par un après-midi de neige et de froid, un petit garçon écoute, fasciné, le récit de sa grand-mère. L'histoire d'une petite fille et de son chat magique, de la lutte contre la solitude par un imaginaire réconfortant. Pensez à enfiler un plaid, vous aurez froid rien qu'en voyant ce bijou, mais ça vaut le détour. 
 
THE CAT CAME BACK
Titre français : Le chat colla
Cartoon / 1988 / 8 minutes
Réalisé par Cordell Barker
Court métrage d'animation humoristique inspiré d'une chanson folklorique pour enfants. C'est un cocktail d'énergie folle et d'humour déjanté dans lequel un homme souhaite se débarrasser par tous les moyens d'un chat jaune peu attrayant et extrêmement agaçant. Le film remporte le Prix Génie du meilleur court métrage d'animation en plus d'être en nomination aux Oscars, ainsi que de nombreux autres prix à l'international. Avec ce court-métrage, Cordell Barker et son compatriote Richard Condie, producteur du film, deviennent les représentants de l'animation absurde et surréaliste canadien.
 
LA CHATTE ANDALOUSE 
Moyen métrage / 2004 / 48 minutes
Réalisé par Gérald Hustache-Mathieu
Gérald Hustache-Mathieu signe ici une ode à l'âme et au corps. Ce moyen métrage évoque avec poésie et un fin doigté de mise en scène la transgression, la recherche de soi, le secret. C'est une jeune religieuse qui vend du miel et s'adonne aux plaisirs plus personnels. Elle a l'amour de l'art et l'amour du corps, et ça serait dommage de ne pas plonger dans son histoire. 
https://www.arte.tv/fr/videos/028490-000-A/la-chatte-andalouse/
 
 
A la semaine prochaine !

 

Lire la suite
15 fév 2021
Chroniques de La Muse #09

Bienvenue dans cette nouvelle Chronique de La Muse mettant à l’honneur ce nouvel arrivant dans le monde cinématographique, notre chouchou du moment, le mashup !

Le mashup ou collage audiovisuel, est un pur produit du numérique souvent rattaché à la pop culture, qui consiste à réemployer des images et des sons glanés sur internet pour obtenir une nouvelle création audiovisuelle. 

Art de l’hommage, de l’emprunt, le recyclage artistique a toujours existé (le collage avec Piccaso, les dadaïstes, le sampling dans les musiques hip-hop, électro...) et le mashup en est une version des plus fertiles. Ce nouvel objet cinématographique émergeant est souvent un jeu de fans de cinéma rendant hommage à un genre, une époque ou un acteur par un re-montage (ou recut) d’images de films, mais aussi par l’utilisation d’effets spéciaux et d’incrustations. Ces amoureux de cinéma évoluent en totale liberté dans une législation encore très floue en France sur la transformation d’œuvres existantes. La question du droit d’auteur est en permanence posée dans cette nouvelle pratique que l’on voit par conséquent que sur internet.  L’importance qu’a pris le mashup ces dernières années a même donné lieu à la création d’un festival dédié: le Mashup Film Festival, qui a lieu depuis 2011 à Paris. Son directeur Julien Lahmi en parle : « Il y a quatre nouveaux langages qui révolutionnent le cinéma aujourd’hui : la Série, le Transmédia, la Réalité Virtuelle et le Mashup. Le premier enrichit les personnages, le deuxième déploie les supports, le troisième élargit le champ de vision, le quatrième met l’art du montage au cœur du processus et crée des mariages insolites.»

Dans la continuité de notre mashup de la semaine dernière, nous avons sélectionné 3 perles du genre.

Alors bon visionnage et à la semaine prochaine !

 

L'Assassinat de Kennedy au cinéma

Réalisé par Luc Lagier 

Arte propose une émission produite par Camera Lucida Productions et réalisée par Luc Lagier dont nous vous proposons souvent des liens. Il s’agit de "Blow Up". Cette émission propose différents types de contenus : les compilations commentées d’extraits de films décortiquant une thématique comme "La salle de cinéma au cinéma", ou bien "Verdi au cinéma" ; des portraits subjectifs de cinéastes ou de comédiens, et enfin des mashups, racontant une histoire par l’utilisation d’extraits de films traitant de près ou de loin à l’histoire reconstituée. Ici, il s’agit en 9 minutes de raconter l’assassinat de John Fitzgerald Kennedy avec pas moins de 28 films à l'image. Ce montage permet aussi de témoigner d’un engouement des cinéastes américains pour cet événement.

https://www.arte.tv/fr/videos/092096-057-A/blow-up-l-assassinat-de-kennedy-au-cinema/

 
 
Hell’s Club

Réalisé par Antonio Maria Da Silva - AMDSFILMS

Mashup de fan par excellence, "Hell’s Club" réunit dans une boîte de nuit des grands personnages du cinéma et de la pop culture dans le but de créer un lien unique, hors du temps. Les personnages se voient ainsi plongés dans une folie douce schizophrénique à travers des face-à-face de haute tension, interprétés parfois par le même acteur. On y voit alors Tom Cruise dans "Collateral" croiser le regard de son double jeune dans le film "Cocktail", ou encore Tony Montana regarder passer dans les miroirs derrière lui son double dans "Carlito's way", tandis que Michael Douglas et Robert de Niro se disputent du regard la belle Sharon Stone. En 30 films, c’est un fantasme qui devient réalité tout simplement. 

https://www.youtube.com/watch?v=QajyNRnyPMs

 

La Classe Américaine
Réalisé par Michel Hazanavicius et Dominique Mézerette

Avis aux amateurs d'humour absurde et fans du cinéma américain du 20è siècle, à l’évidence dans le genre du mashup : "La Classe Américaine" ! Long métrage en 49 films. Le scénario est hilarant et rassemble le plus grand casting de l’histoire du cinéma. On y retrouve John Wayne, Dustin Hoffman, Robert Redford, Dean Martin, Elvis Presley, Frank Sinatra, Robert Mitchum et des dizaines d’autres acteurs de légendes enquêtant pour trouver le sens des dernières paroles de l’homme le plus classe du monde : "Monde de merde". 
Ce film de 1993 réalisé par Dominique Mézerette et Michel Hazanvicius (The Artist, OSS117…) a vu le jour lorsque la Warner Bros a donné à Canal+ le droit de diffuser des extraits de leurs films pour créer une émission spéciale autour de l’anniversaire de la société. Les réalisateurs étaient déjà des auteurs pour des émissions parodiques de Canal+ et ne se sont donc pas gênés pour re-doubler toutes ces scènes et écrire un nouveau film parodiant le genre du western et l’élégance des acteurs d’Hollywood. 

Version sous-titrée pour sourds et malentendants >
 
Version restaurée >
 
 
Bonne semaine !
 
Lire la suite