Les événements

30 déc 2020
Chroniques de La Muse #03

Notre public nous manque, notre salle de cinéma nous manque, les salles de cinéma d'ailleurs aussi nous manquent, et les festivals, les rencontres, le partage de toute cette richesse culturelle qui nous tient tant à cœur nous manque. Dans toute cette foule il y a un évènement qui nous manque particulièrement parce que ce sont des amis de La Muse depuis un bout de temps, des partenaires fidèles avec qui nous aimons organiser des moments de vie. Le festival Lettres d'Automne qui fête cette année ses 30 ans. Parce que tous ces évènements doivent exister quand même d'une manière ou d'une autre, soit en ligne, soit reportés, soit par de simples clins d' œil à droite à gauche auprès des habitués, nous avons décidé de leur dédier la Chronique de cette semaine. 
Quels liens entre Littérature et Cinéma ? La réponse serait bien longue et nécessiterait des débats sans fin... Voici alors quelques propositions pour les curieux qui souhaiteraient en savoir ou en voir plus sur ce lien intime entre ces deux arts.
 
 
TANT DE FORÊTS
Collection  En sortant de l'école - Saison 1 Jacques Prévert / Production : Tant Mieux Prod et France Télévision /Animation 3D /  3 min. / 2014 
Auteur : Jacques Prévert / Réalisateurs : Burcu Sankur & Geoffrey Godet
Ce court-métrage fait partie de la collection En sortant de l'école qui se propose en 3 minutes d’associer poétiquement, dans la liberté artistique la plus exigeante, des  œuvres de grands poètes français à l'univers graphique de jeunes réalisateurs tout juste sortis des écoles d'animation françaises. Dans ce poème, Jacques Prévert fustige la destruction des forêts pour fabriquer de la pâte à papier, papier qui sert à alerter les gens sur les dangers de la déforestation. Burcu Sankur et Geoffrey Godet, tous deux émoulus de l'école d'animation Supinfocom de Valenciennes, livrent à travers ce premier court-métrage une utilisation riche et originale de la couleur, de la géométrie et de la profondeur de champ. Le film a obtenu le prix "Cristal pour une production TV" au festival d'Annecy 2014.
Découvrez aussi l'intégralité des 7 premières saisons sur les sites de Tant Mieux Prod et France Télévision, dédiées à Jacques Prévert, Robert Desnos, Guillaume Apollinaire, Paul Eluard, Jean Tardieu, Paul Verlaine, Andrée Chedid.
 
TOUTE LATITUDE
Film d'animation 2D / 13min. / 2018
Auteur, compositeur, interprète : Dominique A / Réalisateur : Sébastien Laudenbach
 
Le réalisateur Sébastien Laudenbach s'est lui aussi essayé à l'adaptation de textes en image, et cette fois-ci l'auteur original est Dominique A avec son album Toute Latitude. L’ensemble des quatre clips ne forme pas un court-métrage, mais un quadriptyque liés entre eux par le leitmotiv de la forêt. Qu’il s’agisse de l’éponyme Toute Latitude, du puissant Aujourd’hui n’existe plus, du très prospectif Se décentrer ou du minimal et sombre Cycle, tous les titres sont traversés par la même écriture et la même tension. A la mélancolie et spleen, sobriété et dépouillement de Dominique A, répondent les dessins aux traits simples, comme esquissés, de Sébastien Laudenbach, les vibrations d’une nature luxuriante et exubérante, les nuances de la palette de couleurs tour à tour chaudes et froides, et la sensualité des corps de créatures d’essence divine. Une collaboration artistique totale entre les deux hommes qui nous livrent ainsi une esthétique où les frontières entre le monde réel et le merveilleux ne sont plus très nettes. C’est peut-être de ce flou, précisément, que naissent la poésie et la beauté de cette création.

 

CINÉMA ET LITTÉRATURE : DES LIAISONS FRUCTUEUSES
Épisode 1 : Les adaptations cinématographiques / Série en 5 épisodes / 28 min. / 2016
Le critique de cinéma Frédéric Mercier raconte quelques clés d'une bonne adaptation, parce que oui, ça existe de bonnes adaptations. Mais alors comment définir une bonne adaptation ? En assumant la subjectivité d'une telle appréciation d'une  œuvre, Frédéric Mercier revient sur quelques sur quelques grandes œuvres qui ont su ou non passer du livre à l'écran.  Cet épisode s'inscrit dans une série de 5 podcasts que nous vous invitons à découvrir, les yeux fermés !
A retrouvez dans l'émission Un autre jour est possible par Tewfik Hakem sur France Culture. 
 

FESTIVAL DU COURT-MÉTRAGE D'AUCH

Le Festival du court-métrage d'Auch vous propose des séances en ligne le samedi 28 et dimanche 29 novembre ; ce serait dommage de ne pas y assister !
https://festivalcourtauch.com/edition2020

 

Cinéma et littérature, vous en voulez encore ? ...

... Alors, allez voir du côté de La Femme Renard qui a de quoi vous rassasier en la matière :

 

 
Lire la suite
30 déc 2020
Chroniques de La Muse #04

Ça y est, les cinémas vont bientôt rouvrir ! 
Mais en attendant que la cabine de projection, cette lucarne de laquelle notre projectionniste fait jaillir un faisceau de merveilles et de fantasmes prêts à s’écraser 
de plein feu sur la toile immaculée de La Muse inspectée avec curiosité et férocité par des paires d’yeux écarquillés, sorte de son sommeil, 
nous avons encore quelques surprises à vous offrir.
Que la lumière soit ! Et les rêves furent. 
Cette semaine nous vous invitons dans une ballade éclairée de magie, éclairée de… Lumière !
 
 
LUMINARIS
Court métrage d'animation / 6 minutes / 2011
Réalisé par 
Juan Pablo Zaramella
Magicien de l’image, le réalisateur argentin Juan Pablo Zaramella a fabriqué ici un univers dystopique où fantaisie et poésie laissent la part belle au triomphe de l’amour. Dans la lignée burlesque d’un Chaplin en frénésie ouvrière, ou le bricolage désinvolte d’un Michel Gondry, nos personnages se rebellent avec humour et douceur.
Ce court métrage de pixilation (technique de prise de vue image par image), grâce à l’universalité de son humour, a reçu plus de 324 prix à travers le monde.

https://vimeo.com/24051768
 
 
DE LA JOIE DANS CE COMBAT
Documentaire / 22 minutes / 2018
Réalisé par Jean Gabriel Périot
Ce film, c’est un portrait. C’est le portrait magnifique de femmes et de quelques hommes, vivant en banlieue, en situation difficile, et qui brillent sur scène lors d’un atelier de chant à l’Opéra national de Paris. C’est comment on passe d’heures de travail au frisson et à l’extase, des coulisses et salles de répétitions aux planches d’une salle de spectacle, des HLM de banlieue au grandiose Palais Garnier. De l’ombre à la lumière. Jean Gabriel Périot, comme à son habitude, pose un regard sensible sur la beauté des précaires, un regard engagé mais tendre, fragile et fasciné appuyé par un montage brillant, comme souvent dans ses films.
N’hésitez pas aussi à vous perdre dans le catalogue des films produits par l’Opéra national de Paris : 3e scène 
 
 
BATAILLE DE NEIGE
Court-métrage muet / 48 secondes / 1896
Une production des Frères Lumière
On parle de cinéma, on parle de lumière... L’évidence ne vous saute pas aux yeux ? Il est temps de citer les frères Louis et Auguste Lumière, ceux-là mêmes qui ont mis au point le premier appareil de prise de vue en mouvement, appelé aujourd’hui « caméra ».  C’était en 1894, il y a 126 ans à peine, et cette machine c’était le cinématographe. Le cinéma était né, et ainsi les premiers films pouvaient être tournés. Parmi ceux-là, en 1896, Louis Lumière réalise la Bataille de neige, un plan fixe de 48 secondes (durée de la pellicule) représentant une scène de la vie quotidienne d’un Lyon enneigé.
De quoi nous mettre dans l’ambiance des fêtes de fin d’année !
Découvrez aussi la version restaurée et colorisée : https://www.youtube.com/watch?v=AjToVdbPxbw
 

Belle semaine et à bientôt pour de nouvelles Chroniques !

Lire la suite
30 déc 2020
Chroniques de La Muse #01

              

En ces temps étranges, changeants et confinés, il nous paraissait important de ne pas faire canard. 
C'est donc avec plaisir et malice que nous débutons notre nouvelle série Chroniques de La Muse, 
en rendant hommage aux Donald à travers le cinéma d'animation ; art consacré chaque année dans le monde entier le 28 octobre, 
date de la première projection d'un dessin animé. C’était Pauvre Pierrot d'Emile Reynaud grâce au son Praxinoscope-théâtre 
Bonne séance à tous !
Eider le canard d'Eidos
 
 
 THE WISE LITTLE HEN
   
Titre français : La petite poule avisée
Court-métrage d'animation de la série Silly Symphonies de Walt Disney / 1934 / 7 minutes 
Réalisé par Wilfred Jackson
Adaptation du conte russe "La Petite Poule Rousse" qui moralise le fait que rien ne s'obtient sans effort, on y découvre une mère poule qui a bien du mal à obtenir de l'aide de la part du canard et de son copain cochon... Ce n'est certes pas l'un des Silly Symphonies les plus emblématiques, mais il a pourtant une portée historique incontestable : c'est le cartoon qui voit la naissance de Donald !
LOGORAMA
Court-métrage d'animation / 2009 / 16 minutes 
Oscar du meilleur court métrage d'animation
Réalisé par H5 (François Alaux, Hervé de Crécy et Ludovic Houplai)
Parodie de film policier-catastrophe détournant près de 3 000 logos utilisés pour constituer à la fois les personnages et le décor dans lequel ils évoluent. Le récit met en scène une course-poursuite hilarante et apocalyptique entre des policiers à l'effigie de Bibendum, figure historique de la marque Michelin et, dans le rôle du gangster, Ronald McDonald, mascotte des restaurants McDonald's.
https://www.youtube.com/watch?v=NF3XCT69YaI                                                                                                                                                                                                                       

 

TRUMP BITES
Série de courts métrages animés basés sur des clips audio réels de Donald Trump / 2019 / 6 x1 minute
Réalisée par Bill Plympton.
Ultra-productif et éternel passionné, Plympton est aussi un réalisateur totalement indépendant, dont le style et les productions ne sont toujours pas assez reconnus. Se réclamant davantage de Roland Topor que de Tex Avery, le cerveau de Bill Plympton semble grouiller d’idées à la fois absurdes
et pénétrantes. Pas étonnant qu'il s'attaque à celui de Donald Trump. C'est court, drôle et efficace, alors regardez ce qui se passe dans le cerveau fiévreux de Trump :

                 

Lire la suite
30 déc 2020
Chroniques de La Muse #02

 

Cette semaine dans Les Chroniques de La Muse, nous vous proposons de vous faire conter les tribulations de l'emmigration contemporaine avec trois courts métrages tous magnifiques à leur manière. Chaque narration est singulière et aborde ce thème avec un regard subjectif et franc, tantôt avec poésie, tantôt avec naïveté et souvent avec sidération. Nous vous invitons à vous plonger dans ces récits et soutenons par la même occasion notre partenaire SOS Méditerranée qui lutte pour permettre l'assistance de personnes en détresse en mer, notamment un grand nombre de migrants et de réfugiés. Vous serez alors témoin à travers ces œuvres courtes de l'épopée longue de ceux qui quittent leur terre natale vers des horizons occidentaux fantasmés jusqu'à Barcelone, Calais, l'Angleterre...

 

MINIYAMBA
Court métrage d'animation / Danemark, France / 2012 /  15 min.
Réalisé par Luc Perez
Comme des dizaines de milliers de personnes qui chaque jour dans le monde quittent leur terre natale, Abdu, un jeune musicien malien, a décidé de gagner l’Europe. Un voyage du fleuve Niger aux barbelés de l’enclave de Ceuta, où les rêves se confrontent à la dure réalité des migrants, avec au loin les lumières de l’Occident… Tout au long du voyage, la musique d’Abdu apporte compassion et espoir à ses compagnons.

 

BON VOYAGE
Court métrage d'animation / Suisse /2011 / 6 min
Réalisé par Fabio Friedli
Des douzaines d’émigrants grimpent sur un camion surchargé. Leur but: investir la forteresse Europe. Lorsqu’ils y parviennent enfin, après un voyage harassant, ils doivent affronter la brutalité d’une autre réalité: le traitement que l’Europe réserve aux réfugiés. Au trait simple et avec beaucoup d'ironie, Fabio Friedli explore la condescendance européenne face à l'arrivée de migrants. 

 

LES CORPS INTERDITS
Court métrage documentaire / France / 2016 / 12min
Réalisé par Jérémie Reichenbach
Plusieurs réfugiés, arrivés à Calais au péril de leur vie, dénoncent la violence de leur condition. Leurs voix se superposent à des images de la "jungle" et de l'architecture carcérale du nouveau camp construit par l'État français. Sous le joug de lois arbitraires et inhumaines, ils ont été condamnés à errer dans d’inqualifiables limbes à la marge de notre monde. On pourrait se croire dans l'Enfer de Dante, ce n'est que Calais. Les images en super 8 sont stupéfiantes, le rythme est parfait, nous respirons seulement lorsque le réalisateur le décide, et ces voix sans visage condamnent l'humanité qui déserte.
https://vimeo.com/169255437

 

À très bientôt pour les nouvelles Chroniques de La Muse !

Lire la suite